Villes de Demain : « Earthscraper » ou le gratte-terre de Mexico

earthscraper_cover

Villes de Demain : « Earthscraper » ou le gratte-terre de Mexico

@LesSmartAddicts vous présentent trois projets insolites de villes du futur. Après vous avoir présenté le « Venus Project » de Jacque Fresco, ce deuxième volet s’intéresse au Earthscraper de la ville de Mexico.

Un problème de taille

La ville de Mexico cherche à se refaire une beauté. Le centre historique a en effet besoin de booster son attractivité avec de nouveaux espaces de vie, de nouveaux bureaux, de nouvelles habitations…etc. Or, pas question de démolir les nombreux bâtiments historiques du quartier pour laisser place nette aux nouveaux espaces. Il a donc fallu trouver une solution ergonomique à ce problème de taille : plus d’attractivité, oui, mais pas touche à l’existant. Pourquoi, alors, ne pas construire en hauteur ? Même problème, la législation en place interdit dans le centre-ville les bâtiments de plus de huit étages. Impasse.

Une proposition farfelue, mais efficace

C’est finalement le cabinet d’architecture Bunker Arquitectura qui aura l’idée qu’il faut pour sortir de l’impasse. Elle est toute simple : puisque qu’on ne peut pas construire en hauteur, construisons en profondeur. On imagine facilement la rondeur des yeux du maire de Mexico à la présentation du projet.

Sous forme d’une pyramide inversée, ce bâtiment unique mesure plus de 300 mètres de profondeur (soit à peu près une Tour Eiffel renversée). A la surface, un immense plancher de verre permet à la place centrale de conserver son espace disponible au sol pour accueillir différents évènements. Sous ce plancher, au centre, un puits de lumière permet à l’Earthscraper et à ses 65 étages de profiter de la lumière naturelle. Ces derniers sont répartis autour du puits de lumière, et proposent différents services tels qu’un musée de l’histoire mexicaine, de nombreux centres commerciaux, des habitations et, au fond du puits, un certain nombre de bureaux.

Les limites du projet

Bien loin d’être validé par la ville de Mexico, ce projet doit encore répondre à un certain nombre de contraintes, notamment sur la fragilité du sol à creuser et dont le forage pourrait fragiliser les fondations de l’ensemble du quartier historique. De plus, les normes de sécurité ne semblent pas encore avoir été définies ; comment assurer la sécurité des habitants ou employés lors d’un incendie ? D’un tremblement de terre (le dernier date de février 2018, magnitude 7,2) ?

Mais la plus grosse interrogation relève des technologies nécessaires à un tel projet. Car l’Earthscraper, s’il est une innovation architecturale, devra également être un modèle d’immeuble connecté. Services gérés par l’intelligence artificielle, magasins automatisés et gestion des risques par réseau généralisé, tout devra être fait pour que les habitants puissent y vivre, tout simplement.

De plus, un ensemble de capteur sur les parois externes devrait pouvoir transmettre un certain nombre d’informations sur la qualité du sol de la ville, permettant pourquoi pas une meilleure anticipation des séismes qui, nous l’avons vu, sont une réelle menace pour la région.

 

L’Earthcraper est donc un projet bien ancré dans le réel, mais qui peine encore à convaincre faute d’un manque d’innovation technologique. On sent pourtant que la matière est là, mais qu’on a du mal à l’exploiter efficacement.



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !