Télécom : vers un marché avec 4 marques et 2 réseaux ?

Télécom : vers un marché avec 4 marques et 2 réseaux ?

Il reste de ces derniers mois un parfum de poudre entre ces 4 acteurs, frères ennemis irréductibles des télécoms.

Aujourd’hui, les positions semblent devoir s’organiser autour d’un concept moins ambitieux, mais peut-être plus vertueux…

1- SFR ne rachètera pas Bouygues et se concentre aujourd’hui sur un projet de croissance externe beaucoup plus ambitieux aux USA avec le rachat de T-mobile. Orange dit qu’il est ouvert à toutes les discussions (S. Richard continue de ne pas croire en un marché à 4) mais ne parle avec personne, et SFR se marie avec Numéricable, c’est déjà pas mal.

2- En revanche, le partage des investissements dans les réseaux fait son chemin. Le très haut débit, qu’il soit mobile ou fixe coute cher en investissement : nous en sommes à la 4G mais déjà la 4G+ et la 5G sont « dans les tubes », ce qui démontre bien que ce n’est pas près de s’arrêter.

Bref ! A défaut de fusionner 2 entreprises, ou bien de dépecer Bouygues pour servir à la fois ORANGE et FREE des morceaux qui les intéressent, il serait question de mutualiser les réseaux :
-Bouygues et SFR sont déjà liés par un contrat fait pour durer (pour autant que celui-ci résiste au rachat de SFR par Numéricable…)
-Free a un contrat d’itinérance avec orange qui commence à prendre fin l’année prochaine…et Stéphane Richard fait des appels du pied à Xavier Niel pour élargir l’expérience, alors que FREE a demandé à partager le contrat de mutualisation SFR-BOUYGUES…

3- Le maintien de 4 marques

La dimension des « ego » dans cette bataille-là n’est pas négligeable ; nous avons à faire à des capitaines d’industrie puissants et qui ont réussi : chacun se demande « pourquoi céderait-il ».

Mais Il est aussi vrai que le marketing coute cher, et que c’est là qu’il faudra puiser ensuite les sources supplémentaires d’économie si nécessaire. Pour le moment, ce n’est plus à l’ordre du jour

4- S’entendre pour couvrir les zones blanches

En attendant, les opérateurs doivent s’entendre pour couvrir ces zones  du pays  qui ne réunissent que 30% de la population (la 4G en couvre actuellement 70%) mais qui doivent quand même être aussi servies.

5- S’entendre aussi pour ne pas accueillir NETFLIX dans les offres de Box…

…du moins à son lancement. Ainsi Netflix, qui va émettre depuis le Luxembourg et semble s’organiser pour « optimiser » sa fiscalité, va se lancer auprès des seuls clients qui passeront par un navigateur, ou bien des produits dédiés comme l’Apple TV, Google TV, chromecast  etc, ou encore ceux qui disposent d’une smartTv intégrant déjà un accès à Netflix. C’est peu, et ils ne devraient pas en rester là…On verra qui dégainera le premier, et quand sortira l’offre française capable de concurrencer le service de vidéo à la demande américain.

6- Mais en attendant, on se fait quand même la guerre

Orange attaque FREE pour violation de brevet sur la TV de rattrapage (et demande 250 M€), tandis que SFR attaque FREE pour concurrence déloyale (concurrence qui remonte à 2012 du temps où FREE expliquait aux clients d’SFR que leur opérateur les traitait comme des pigeons et des vaches à lait)…

La suite au prochain épisode.



Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l'actualité mobile.

Merci de vous être abonné(e) à la newsletter !