Smartphones et 5G – des enjeux stratégiques pour les services secrets du monde entier

5G et service secrets

Smartphones et 5G – des enjeux stratégiques pour les services secrets du monde entier

Quand vous vous intéressez aux principales missions des services secrets, qu’ils soient chinois, russes Américains ou Français, vous comprenez vite combien les smartphones aujourd’hui, et la 5G demain sont des enjeux vraiment stratégiques…

L’espionnage dans la stratégie des Etats d’aujourd’hui

Les services d’intelligence économique et politique ont des missions très bien identifiées :
Ils veillent et surveillent bien sûr :
– à l’extérieur du pays, pour informer le gouvernement de tout risque qui pourrait affecter la vie de la nation,
– et à l’intérieur du pays pour protéger son économie, sa technologie, sa science, contre les actions des services de renseignement des pays adverses.
Ils ne font pas que veiller, ils mènent des actions ciblées :
Au-delà de ces opérations clandestines qui nourrissent l’imaginaire des films d’espionnage et visent à entraver des projets ou des menaces d’ennemis ou de personnes dangereuses, ces services de renseignement mènent aussi (et peut-être surtout) des actions d’influence et de communication :
– Pour se prémunir d’un danger, ils peuvent chercher à affaiblir un adversaire et mener des actions de propagande noire.
– Pour faire accepter des idées à l’opinion, ils peuvent mener des actions d’influence et de propagande blanche.
On imagine combien la révolution technologique de l’information peut aujourd’hui leur être utile…

Internet et les smartphones au service de l’espionnage

Au départ, Internet a bien été inventé dans un but de défense militaire : il s’agissait pour les américains de créer un réseau capable de résister à une attaque nucléaire massive, pour pouvoir a minima, riposter en retour. L’idée fut simplement, de créer un réseau décentralisé, capable de fonctionner même si une ou plusieurs machines était endommagée.
Avec le world Wide Web, cette mise en réseau rendue accessible au grand public est devenue par incidence le terrain de jeu de prédilection des services de renseignements pour mener leurs actions de surveillance ou sabotage.
Avec l’avènement des smartphones et des réseaux sociaux, les informations disponibles pour ces services d’intelligence économique et politique prenaient une richesse extraordinaire… Songez-y : la lecture à livre ouvert des projets et de la vie de chacun, de ses relations amicales ou professionnelles, de ses gouts, de ses choix, de ses haines, de ses opinions politiques… Le rêve pour des services de renseignements capables d’intercepter et de stocker toute la DATA qui passe par les réseaux filaires terrestres et sous-marins et même par l’espace…
C’est d’ailleurs pour cela que toutes ces grandes entreprises de la TECH américaine ont été encouragées (et pour certaines financées) à leur démarrage par le pouvoir politique américain.

HUAWEI, TRUMP, et les portes dérobées

On comprend mieux l’excitation du président TRUMP sur la 5G et son cheval de Troie : HUAWEI, soupçonné d’agir pour le compte du gouvernement chinois et de faciliter à ce dernier l’accès aux informations qui passeraient par ses équipements.
Dans la guerre menée contre le constructeur chinois, l’administration américaine vient de franchir un nouveau cap dans ses accusations d’espionnage : HUAWEI se serait préservé l’accès, depuis 10 ans, aux réseaux 4G des opérateurs télécoms via les fameuses « backdoors » (portes dérobées) normalement réservées aux gouvernements à des fins de renseignement ou de lutte contre les menaces terroristes.
HUAWEI nie en bloc, explique que c’est un non-sens absolu, que « Huawei n’a jamais et n’accèdera jamais secrètement à des réseaux de télécommunications…», et invite les Etats-Unis à publier leurs preuves s’ils en ont. Le constructeur chinois reconnait bien que des systèmes de mise sur écoute existent, mais qu’ils mettent en jeu des équipements séparés et contrôlés par les opérateurs eux-mêmes, qu’il faut un mandat pour les utiliser et que ce n’est même pas HUAWEI qui les fabrique…
Plus drôle, l’éternelle histoire de l’arroseur arrosé. HUAWEI contre-attaque et rappelle à qui veut bien l’entendre que « comme en témoignent les fuites de Snowden*, les pouvoirs publics américains accèdent secrètement aux réseaux de télécommunications du monde entier, espionnant d’autres pays depuis un certain temps », évoquant par exemple le cas de CRYPTO AG, cette entreprise privée suisse supposée protéger l’information de ses clients en la cryptant, dont on a découvert récemment qu’elle était financée depuis des décennies par la CIA…

Le roman d’espionnage sino-américain n’est pas fini. Encore une affaire à suivre.

*SNOWDEN : un film à voir absolument !



Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l'actualité mobile.

Merci de vous être abonné(e) à la newsletter !