Retailtainment- Stock 0 : les tendances qui agitent le retail cette semaine

retail-magasin

Retailtainment- Stock 0 : les tendances qui agitent le retail cette semaine

Pas une semaine sans que de nouveaux mots apparaissent pour définir les modifications en profondeur que subit le retail en ce moment et les raisons pour lesquelles le magasin a encore de l’avenir. Cette semaine, on s’intéresse à l’idée qu’un magasin doit être un espace de divertissement et sur les objectifs 0 déchet – 0 stocks que poursuivent certains retailers français à la pointe de la pointe.

La bonne nouvelle se confirme : le magasin a de l’avenir

L’agence de prospective Nelly Rody nous le confirme : 70% des achats vont continuer à se faire dans des points de vente physiques ! …Enfin, chez ceux qui auront su choisir les bonnes tendances…

Pourquoi ?

1-Parce que nous aimons l’acte de l’échange depuis que l’homme existe et qu’il vit en société. Acheter, vendre, discuter, choisir, partager…peut être chaque fois une aventure, une découverte, une avancée, dont nous pouvons tirer de grandes satisfactions, au-delà de celle d’obtenir ce que nous convoitons. Il relève donc de la mission des « retailers » de préserver ce plaisir, et donc d’en retrouver les racines. L’hyper commerce a eu son temps, en accompagnant le progrès matériel via la consommation de masse. Aujourd’hui, l’hypermarché est trop souvent synonyme d’hypertrophie et une étude récente de l’Association Française de la Relation Client constatent que plus un magasin est petit, meilleure est son potentiel de « relation client »…

Certains vont même à penser qu’un lieu de vente doit aussi proposer des activités de divertissement, puisque cela correspondrait aux attentes de 71% des jeunes de 18 à 35 ans. C’est moins facile, car pour cela, il faut avoir de la place, créer une atmosphère et proposer des activités en cohérence avec votre univers. Sans doute un rôle qu’il faut confier aux opérateurs de centres commerciaux et animateurs des centres-villes.

2-Parce que les professionnels du commerce et leurs conseils redécouvrent les vertus de « l’expérience client » pour développer leurs affaires. Un client qui a pris plaisir à acheter dans votre magasin va revenir chez vous et en parler à ses amis… Il parait que c’est le BCG qui vient de redécouvrir ça, qui nous explique : « L’expérience client représente un levier sur les ventes,…elle est là pour créer du bouche à oreille et fidéliser ».

Si vous nourrissez vos projets d’innovation en termes exclusifs de « rationalisation », « automatisation », « baisse des coûts », votre service innovation vous délivre des magasins hypertrophiques, uniformisés et déshumanisés.
Si vous donnez à l’innovation l’objectif de ré-enchanter l’expérience client en magasin, alors la technologie reste à sa place pour fluidifier et rendre transparente la partie « administrative et logistique » de l’acte d’achat (payer, rendre le produit disponible…) et remettre au centre de l’expérience en magasin, le plaisir de l’échange. Et finalement, le plaisir d’acheter, ce n’est pas de payer et de repartir les bras chargés de paquets…c’est flâner, découvrir, prendre son temps, essayer, discuter, hésiter, se décider…

Les retailers de demain devront savoir conjuguer vitesse et lenteur.

D’où l’objectif stock 0

Stock 0 en magasin, cela signifie que toute la surface et le temps des conseillers de vente est consacrée à l’expérience client en magasin et non à la gestion : le paiement, la mise à disposition du produit acheté viennent après, d’une manière totalement fluide et transparente, accessibles sur tous vos terminaux (ordinateurs, mobiles…).

Les exemples américains ne manquent pas, on vous en parle depuis un moment dans notre rubrique retail-magasin, mais la tendance gagne aussi la France, mise en exergue dans la revue INFLUENCIA:

1er exemple : Le groupe MULLIEZ avec son enseigne DECATHLON, qui a vidé sa boutique d’ENGLOS de 1200 m2 de ses stocks, pour mettre en scène plus de 20.000 références disponibles. Les 40 employés sont entièrement dédiés à leur rôle de conseil et d’accueil dans ce temple ou l’on trouve un plus grand choix mieux mis en scène, et proposent en prime, des prix 10% inférieurs à ceux des autres boutiques de l’enseigne…

2ème exemple : le groupe BEAUMANOIR, dont l’enseigne CACHE-CACHE a su optimiser sa gestion de stock en magasin à un niveau record. Quand un article passe en caisse, un message part automatiquement vers l’entrepôt qui livre immédiatement le produit manquant… Chacun des 650 magasins CACHE-CACHE reçoit en moyenne cinq colis de réassort par jour.

 

L’innovation dans le retail se renouvelle en permanence. C’est pour cette raison entre autres, qu’on vous conseille de ne rater aucun numéro de la newsletter de Smartaddict…

A bientôt donc !



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !