Apple, Samsung ou BlackBerry : quels sont les mobiles de nos chefs d’État ?

smartphones_president_trump

Apple, Samsung ou BlackBerry : quels sont les mobiles de nos chefs d’État ?

Nos hommes et femmes d’Etat sont comme @LesSmartAddicts, ils ne peuvent pas se passer de leur smartphone. Et dans la guerre technologique qui fait rage chez les constructeurs, on s’est demandé quels chefs d’Etat utilisaient quels smartphones.

La Reine Elisabeth II – UK :

Samsung

On aurait pu croire que la Reine scellait encore ses lettres au cachet, pourtant non, la souveraine n’est pas étrangère aux nouvelles technologies. On est même un peu surpris d’apprendre qu’elle envoie des textos, appelle (parfois en vidéo) ses proches et regarde même les nouvelles du jour depuis son Samsung, qu’elle garde précieusement dans son sac. On hésite presque à lui demander de s’abonner à la newsletter SmartAddict, tellement elle est connectée.

Vladimir Poutine – Russie :

YotaPhone

En 2010, le Président russe avait confié ne pas avoir de portable car, disait-il, s’il en avait un « il sonnerait tout le temps ». Depuis, il s’est équipé, mais pas de n’importe quel téléphone. Pour lui, hors de question de s’afficher avec un iPhone ou un Samsung. Bien qu’il tourne sous un système Android, le « YotaPhone » est de manufacture 100% russe. Et comme ce n’est pas assez pour le Président, il aurait demandé à son ministre des Télécoms et Communications de masse de développer un tout nouveau système d’exploitation lui aussi 100% russe, évidemment.

Emmanuel Macron – France :

Samsung Galaxy S7 Edge

Si ses prédécesseurs utilisaient le fameux Teorem, un téléphone à clapet ultra-sécurisé créé par Thales et la DGA, Emmanuel Macron a lui opté pour un smartphone plus moderne : le Samsung Galaxy S7 Edge. Ce dernier, sécurisé par Ercom et Orange Cyberdéfense, lui sert essentiellement à communiquer, mais de façon ultra-sécurisée. Toutes les données sont cryptées et peuvent être automatiquement détruites en cas de perte ou de vol. On ne va pas vous mentir, on est un peu rassurés.

Donald Trump – USA :

iPhone –depuis peu

Mais avec quoi Donald Trump twitte-t-il donc ? Le Pwesident des Etats-Ounis d’Amewique avait tout d’abord insisté pour garder son téléphone personnel, un Samsung Galaxy S3, depuis lequel il embrasait la twittosphère. Problème, ce modèle ne bénéficiant plus de mises à jour de sécurité depuis plus de trois ans, il n’était pas suffisamment sécurisé pour la NSA qui y voyait une cible facile pour les hackers malintentionnés. Il a donc tout récemment « switché » sur un iPhone, ce qui ne l’empêche manifestement pas de twitter tout ce qui lui passe par la tête.

Angela Merkel – Allemagne :

BlackBerry Q10

La Chancelière allemande s’est vue contrainte de changer de smartphone quand, en 2014, elle s’est aperçue que ses alliés américains avaient mis le téléphone sur écoute par le biais de la NSA. Si la catastrophe diplomatique a été évitée, la femme la plus puissante d’Europe a dû troquer son Nokia pour un BlackBerry Q10, floqué de l’Aigle allemand –s’il vous plaît– et hautement sécurisé, cela va de soi. Le hic, s’il en faut un, c’est que l’Etat allemand a dû débourser plusieurs millions d’euros pour équiper les quelques 5250 hauts fonctionnaires des mêmes puces de sécurité, sans quoi la Chancellerie n’aurait pu échanger avec eux. Scheiße.

Kim Jong-Un – Corée du Nord :

On sait pas trop…

On le savait plus branché nucléaire que nouvelles technologies, pourtant Kim Jong-Un a bien un smartphone, comme le prouve une photo datant de 2013. Les rumeurs vont bon train quant à la marque de ce dernier, certains y voyant un Samsung, d’autres un HTC ou encore un Apple. Si la marque à la pomme a vite été écartée des débats en raison de l’aversion déclarée par la Corée du Nord pour la firme américaine, et que Samsung a démenti avoir fourni un téléphone au dictateur, l’industriel taïwanais HTC a quand à lui refusé de répondre à la question de l’identification. Si ça se trouve, c’était juste un miroir de poche.

Xi Jinping – Chine :

YotaPhone

En politique, comme en amour, on se rapproche de ceux qu’on aime bien (ah bon ?). Du coup, les chinois ont un peu grincé des dents lorsqu’ils ont vu la femme de leur Président en train de prendre une photo avec un iPhone, la pomme n’ayant pas droit de cité à la Cité Interdite. Erreur que n’a pas commise le leader du Parti, puisqu’il s’est vu offrir par son ami Vladimir Poutine un YotaPhone de conception russe. Ultra-sécurisé et aux antipodes des conceptions américaines ou sud-coréennes, ce téléphone pour le moment sous Android devrait bientôt se munir de son propre système d’exploitation russe. Une bromance connectée.



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !