Pourquoi les gens ne savent plus (vraiment) lire ?

Pourquoi les gens ne savent plus (vraiment) lire ?

En termes de lecture, le trop est très certainement l’ennemi du bien… de l’hyperlecture à l’ontologie.

L’entrepreneur et écrivain américain, Jim Rohn, disait : « les gens pauvres ont une grande télé, les gens riches ont une grande bibliothèque ». Cher Jim, en 2017, les gens ont tendance à avoir un grand smartphone entre les mains. Il n’y a d’ailleurs qu’à monter dans un bus ou à s’asseoir dans une salle d’attente pour voir que le mobile a remplacé le traditionnel livre de poche ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes, on vendait bien plus de livres avant la démocratisation du smartphone et d’Internet.

De la lecture à l’hyperlecture

Claire Belisle est l’auteure d’une étude sur les évolutions de la lecture et elle déclare :

« Jamais on n’a autant lu qu’aujour­d’hui… Les supports de lecture se multiplient, la production de textes explose, il n’y a plus guère de métiers qui ne demandent de savoir lire… Aujourd’hui se développe une lecture d’information, qui balaie, sélectionne, inter­agit, fait appel à des liens, au son et à l’image. On parle d’hyperlecture ! »

Nous lisons donc plus, mais différemment et cela à cause de la quantité d’informations disponibles.

Les précurseurs en termes de lecture sont les scientifiques. Ils ont toujours lu, des articles ou des études, mais doivent désormais avec Internet lire encore plus. Normal, ils ont – comme vous – accès à encore plus de savoir grâce au World Wide Web. Alors comment font-ils ? Ils lisent tout simplement plus vite. En effet, en 2005, les scientifiques lisaient 50 % d’articles de plus qu’au milieu des années 1990. Ils mettent aujourd’hui 30 minutes à lire un sujet, au lieu de 47 minutes précédemment. Pourquoi ? Parce que comme vous, ils lisent en diagonale.

L’ontologie, le futur de l’information

C’est ce que les scientifiques font, et ce que nous avons naturellement tendance à faire aussi : l’ontologie. Évelyne Duvernois, bio-informaticienne à l’Inra (Versailles), nous explique ce nouveau mot :

« Ce sont des systèmes de classement hiérarchisés où chaque objet est décrit par un terme bien défini… Maintenant on cherche l’info et on complète par la lecture. On fait l’inverse de ce qu’on faisait avant. »

Et d’après Allen Renear, professeur dans la mythique Université Brown, l’ontologie va nous aider à gérer les flux d’informations :

« L’utilisation des ontologies va devenir de plus en plus nécessaire pour parvenir à gérer le déluge d’informations sur Internet. »

Et d’après ce même professeur il y aura dans peu de temps de l’ontologie pour tout le monde, et même pour les recettes de cuisine. Voilà, vous lisez donc autant qu’autrefois mais finalement vous en savez plus. C’est beau la technologie.



Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l'actualité mobile.

Merci de vous être abonné(e) à la newsletter !