Netflix en 7 questions

Netflix en 7 questions

Tout savoir sur Netflix, le service de vidéo en streaming, films et séries TV.

Netflix se lance aujourd’hui (15 Septembre 2014), et met en lumière la nouvelle guerre que se livrent les grands opérateurs d’internet : l’accès via les écrans de télévision, après ceux de nos ordinateurs et de nos smartphones…

C’est quoi Netflix ?

C’est du service de vidéo en streaming, films et séries TV, accessible en illimité en payant un abonnement mensuel.

L’intérêt de l’offre dépend bien évidemment du catalogue diffusé, car les droits TV sont très bien protégés et distribués en exclusivité, pays par pays…

Les offres coutent de 7,99€/mois à 11,99€/mois selon le nombre d’écrans que vous voulez inclure et l’option HD ou ultra HD que vous allez choisir.

Qu’y a-t-il dans le catalogue Netflix ?

Séries ou films, ce sont souvent des classiques mais qu’on reverra avec plaisir, dont beaucoup de produits Américains : les films les plus récents ont 3 ans.

Netflix s’est surtout fait connaître grâce à des séries qu’elle a produites elle-même et qui ont rencontré un grand succès populaire, à l’instar de « House of Cards » par exemple. Sauf que, pas de chance pour la France, c’est CANAL+ qui détient les droits TV de cette série culte pour au moins les 3 premières saisons.

On trouve aussi quelques films français, plus proches du cinéma d’auteurs que des grandes comédies  populaires.

Comment je fais pour regarder Netflix en France ?

Le communiqué de presse de Netflix donne la liste à l’ouverture:

netflix-liste

Netflix sur les box ?

C’était un « non » supposé unanime de tous les opérateurs jusqu’à hier : Non, Netflix n’allait pas être accessible via les 26 millions de box disséminées dans l’hexagone (une exception mondiale, soit dit en passant)… Mais finalement, Bouygues a faussé compagnie à ses camarades et annoncé un accord déjà signé. Gageons que les autres vont suivre assez vite.

Pourquoi NETFLIX réveille le petit monde français de la VOD?

Netflix a une success-story qui la précède, avec à sa tête, un entrepreneur audacieux connu pour ses paris risqués et réussis :
-il lance sa première affaire de location de vidéo en défiant le géant Blockbuster, qu’il parvient à écraser en quelques années par un marketing très agressif.
-il voit longtemps à l’avance qu’Internet va tuer le marché de la location traditionnel et se lance le 1er dans cette bagarre. Personne n’y croit, le titre en bourse s’effondre, la société est au bord de la faillite (c’était il y a 3 ans)
-36 mois après, il explose le marché de la VOD par abonnement, et se taille une part d’archi-leader partout où il s’installe.

Le succès de netflix pose une autre question : le Net doit-il rester neutre ?

Si oui, cela veut dire que l’accès est libre, quelque soit sa consommation, pour ne pas favoriser les gros et écraser les petits. Mais du coup, les géants comme Netflix mettent en péril l’équilibre des flux existant… Aux Usa, la compagnie représente 1/3 du trafic internet en soirée… Évidemment, cela pose un problème de consommation de la bande passante qui effraie les opérateurs, s’il ne s’accompagne pas d’une juste rétribution.

Débat cornélien.

Quels sont les concurrents de Netflix ?

En France, le marché est immature et ronronnait jusqu’à aujourd’hui : des offres de « Video On Demand » traditionnelles, et assez courtes, essentiellement proposées par les opérateurs de box (SFR, FREE,…) et un marché très lent qui n’a pas compensé la baisse des vente de DVD et Blue Ray. Orange est le plus actif, qui essaie d’organiser une offre concurrente solide, construite autour du catalogue OCS-Go.

L’approche du marché français ne devrait pas être une sinécure pour Netflix, et les français s’y connaissent pour protéger leur marché, en particulier quand il s’agit d’œuvres audio-visuelles.

Netflix a déjà promis de produire une série originale française (Marseille), histoire de se faire mieux accepter dans le PAF, qui devrait en précéder d’autres. C’est en tout cas, ce qu’a demandé notre ministre Fleur Pellerin au groupe américain, lequel n’a pas dit non, mais plutôt « pas tout de suite ».

À suivre…



Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l'actualité mobile.

Merci de vous être abonné(e) à la newsletter !