Le smartphone déforme les mains : vrai ou faux ?

Le smartphone déforme les mains : vrai ou faux ?

Un bruit court en ce moment qui dit que l’usage intensif du smartphone provoque une déformation des mains : après avoir constaté sur leurs propres mains qu’il n’en était rien, @LesSmartAddicts ont quand même enquêté.

D’où vient la rumeur ?

Au départ d’une rumeur, il y a souvent une étude « scientifique ». Celle-ci part d’une étude, ou plutôt d’une enquête, voir même un sondage, mené en Angleterre auprès de 2000 consommateurs, qui exprimaient surtout leur ressenti. Avide de retombées médiatiques, le commanditaire de l’étude (l’opérateur O2) en a fait des tonnes dans son dossier de presse, parlant de « changements anatomiques chez une partie de la population », précisant que « nos doigts et nos pouces commencent à changer de forme…», et allant même jusqu’à inscrire les 10 ans de pratique du smartphone dans la perspective des millions d’années d’évolution du corps humain depuis l’homo sapiens…

 

Une étude qui n’a rien de scientifique mais qui suffit à déclencher la rumeur

Ce sondage est très loin d’être une étude scientifique, épidémiologique, avec un protocole précis, mais il a quand même été repris par un site qui fait souvent référence dans le monde du smartphone…(en l’occurrence PHONEANDROID), et c’est là que le mécanisme de la rumeur s’enclenche… Le sondage y est présenté comme une étude avec photos et chiffres précis à l’appui : « Les personnes affirment que le pouce de leur « main [utilisée sur l’écran du smartphone] » est en moyenne 15% plus large que celui de leur autre main, étant donné que leurs muscles ont travaillé ». « 37% des personnes interrogées affirment en outre s’attendre à ce que leur corps évolue encore au fil du temps »….

 

Une enquête journalistique menée par SLATE

Du coup, ou bien en même temps, SLATE a mené son enquête en tant que media d’information, et est revenu sur le sujet avec un propos plus mesuré, et plus exact : l’article y constate la possibilité de formation de corne sur l’auriculaire (là où repose le plus souvent le smartphone)…

Mais sur la paume, rien d’apparent : celle-ci est faite pour prendre et manipuler des objets quels qu’ils soient, et les mains des gymnastes et des ouvriers subissent des frottements et des pressions autrement plus fortes que celles des manipulateurs de smartphones.

Au niveau du bout des doigts, RAS à nouveau confirme dans une interview Sonia Duprey chercheuse à l’université Claude Bernard-Lyon 1, qui a passé l’index de volontaires à l’IRM.

 

Qu’est ce qui change vraiment ?

En revanche, la scientifique confirme la possibilité d’une « bosse du smartphone », callosité spécifique apparaissant sur la face latérale de l’auriculaire qui soutient le plus souvent l’appareil tenu dans la main, et qui présente très peu de tissus mous et amortisseurs. Celle-ci pourrait être assimilée à la « bosse de l’écriture », qui concernait le majeur de ceux qui utilisaient fréquemment un stylo, et qui risque d’ailleurs de disparaître… Tout comme la bosse du smartphone risque de disparaître elle-aussi avec les prochaines évolutions du smartphone et la dématérialisation des interfaces.

Les autres changements se passent à l’intérieur des mains et du corps…parce que le smartphone a remplacé de nombreux objets du quotidien (calculette, lampe torche, carte bancaire, montre…) et fait travailler toujours les mêmes muscles et dans une position unique.

Cette fois, le journaliste de SLATE a interrogé un chirurgien orthopédiste de l’hôpital européen Georges Pompidou (Pierre Vulliet) qui note qu’on utilise son smartphone le coude plié, ce qui provoque une flexion prolongée avec un étirement et un élargissement du nerf ulnaire qui peut donner des douleurs ou des fourmillements temporaires ou permanents ressentis dans l’annulaire et l’auriculaire.

De plus, le nerf médian au canal carpien parait plus épaissi et élargi, ce qui peut entraîner des élancements ou des fourmis au niveau des trois autres doigts (pouce, index, majeur).

Autre symptôme constaté sans qu’il ait encore fait l’objet d’études épidémiologiques sérieuses : la « tendinite du pouce », qui « swipe » et qui « scrolle » en permanence sur l’écran.

En somme, pour les designers des smartphones, ce sont autant d’axes de recherche pour améliorer la préhension et la maniabilité de leurs prochains modèles… en attendant que ceux-ci aient été totalement remplacés par d’autres interfaces totalement transparentes.

Même s’il semble bien que la technologie aille trop vite pour modifier durablement l’anatomie de notre main, les smartaddicts vont quand même garder un œil sur nos petites menottes !



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !