La 5G vue par @LesSmartAddicts

La 5G vue par @LesSmartAddicts

Beam forming, beam tracking, massive Mimo, la 5G nous apporte chaque semaine son lot de surprises, de news et de bizarreries qu’il faut connaitre pour rester un mobile-expert.

Des vidéos qui vous expliquent la technologie de 5G simplement

Quand on dit « on », c’est plutôt la SNCF qui va vous l’expliquer à travers cette vidéo qu’on vous recommande dans laquelle un ingénieur de l’entreprise ferroviaire se lance le défi d’expliquer la technologie de la 5G en 2 minutes.

Si vous voulez une explication plus complète (9’), il y a cette autre vidéo très bien faite, qui détaille en termes simples toutes les technologies sur lesquelles s’appuient la 5G.

La 5G pas mieux que la 4G…. ?

Un préalable: il faut savoir que la 5G dont on parle se répartira entre 2 bandes de fréquence :

La 3,5GHZ, qui est celle dont les enchères d’attribution auprès des opérateurs télécom sont en cours, et qui va permettre de couvrir le territoire :

Elle va permettre surtout à court terme un désengorgement de la bande 4G (saturée par le nombre d’objets connectés et les datas échangées), ainsi qu’une augmentation sensible des débits, due en particulier à ces nouvelles antennes intelligentes qui vont permettre de diriger le signal vers les terminaux connectés (c’est le beam forming, sachant que quand le terminal visé se déplace, l’antenne le suit aussi grâce au beam tracking) au lieu d’envoyer des ondes non ciblées comme le font les antennes 4G.

Il faut donc s’attendre à ce que les 1ers utilisateurs de 5G ne perçoivent pas tout de suite une nette amélioration des usages vs la 4G, sauf dans les lieux urbains denses où l’usage de la 4G s’est beaucoup dégradé du fait de sa congestion.

Celle de 26 GHZ, dite « fréquence millimétrique » qui va apporter les très très hauts débits en des lieux ouverts (ces ondes ne traversent pas les obstacles comme les murs par exemple)…

Ces fréquences ne seront pas attribuées avant 2022, mais elles ont été confiées (pour 1000€ symboliques) à titre de test à 9 projets d’applications qui sont supposés démontrer l’intérêt de nouveaux usages dans les transports, la gestion des ports aéroports et smart cities, la santé, le divertissement, et construire de nouveaux business models.

Parmi ces projets portés par des industriels (il est intéressant de noter que ces derniers ne sont pas du tout mobilisés pour la 3,5GHZ) on trouve :

– La SNCF, qui pense à un guichet virtuel dans les gares avec un super débit accessible aux milliers de voyageurs concentrés en un seul lieu avant leur montée dans les trains

– La ville de Bordeaux (ou l’établissement public d’aménagement de la Défense) qui cherche à maitriser le déploiement de toutes ces petites antennes (small cells) dont vont avoir besoin les opérateurs en les concentrant dans les lampadaires.

– Le vélodrome de ST Quentin en Yvelines qui veut préparer les JO2024 en permettant des retransmissions audio et vidéo en réalité augmentée, en 8K etc…, ainsi que la possibilité offerte aux spectateurs présents de mieux vivre leur expérience direct live et la partager sur leurs applis favorites avec leurs amis et contacts (selfie, captation de happenings…)

– Le port du Havre réfléchit à des infrastructures de réseaux électriques intelligents et d’opérations logistiques optimisées en partenariat avec EDF ou Siemens.

Les français prêts à payer plus cher

En voilà une surprise, les français seraient prêts à payer 30% plus cher en moyenne pour avoir les services annoncés par la 5G (selon une étude menée par l’équipementier ERICSSON), ne serait-ce que parce que

– 44% des français ne sont pas satisfaits de la rapidité de connectivité de leur terminal

– 66% attendent le déploiement urgent en centre-ville (on retrouve le problème de congestion du réseau 4G qui dégrade de plus en plus l’expérience utilisateur en zone dense et dans les transports)

– 32% des clients seraient prêts à changer d’opérateur si le leur ne leur propose pas la 5G…

La 5G semble donc grandement attendue… affaire à suivre !