Le Marketing d’influence au service du retail

Marketing-influenceur

Le Marketing d’influence au service du retail

Dans ce web sur-saturé de publicité, les experts en marketing semblent avoir trouvé le Graal avec le marketing d’influence, qui permettrait de résoudre les principales difficultés de ce métier :

  • Comment être vu, dans un contexte de rejet général et d’encombrement ?
  • Comment être crédible dans cet univers doublement suspect de la publicité virtuelle ?

Les fondamentaux du marketing d’influence

1- Il s’agit de s’appuyer sur ces fameux « influenceurs » du web : ces personnes qui ont sur les réseaux sociaux des dizaines, des centaines, voire des milliers de milliers d’abonnés et qui parlent de sujets qui passionnent leur audience :

  • leurs propres vies si ce sont des « people » (voir la famille Kardashian, les mannequins genre Gigi Hadid ou Kendall Jenner, ou les stars du show-business),
  • leur spécialité, leur expertise : le gaming, la mode, les voyages, le fitness…
  • l’humour, car les comiques ne sont pas en reste dans cet univers-là.

2- Des célébrités aux micro-influenceurs

Des influenceurs, il en existe de très célèbres, qui totalisent plus de 100 millions de followers (essentiellement  des Américaines, comme Selena Gomez (133 millions), Ariana Grande (117 millions), Beyoncé (111 millions), Kim Kardashian (108), Taylor Swift (106) etc…., on peut également citer Cristiano Ronaldo (121 Millions) pour sauver l’honneur des mâles et des  Européens). Il en existe de tout petits qu’on appelle les micro-influenceurs (quelques dizaines de milliers d’abonnés) et qui n’en sont pas moins intéressants : leur lien avec leurs abonnés est beaucoup plus fort, et ils sont bien plus accessibles…même si eux aussi sont souvent très sollicités par les marques). Au milieu, il y a toute une palette d’influenceurs plus ou moins spécialisés, plus ou moins chers, avec ou sans agent, stars fugitives d’hier ou de demain ou bien réels talents qui se construisent une trajectoire dans la durée. Attention : le « fake » existe dans les audiences des influenceurs comme partout sur le web. Les faux abonnés existent, et même le faux engagement (les faux likes et les faux commentaires sous forme d’onomatopées rédigés par des robots…). Il faut savoir faire le tri…

3- Leurs réseaux de prédilection ?

  • Twitter pour les célébrités, même si on les voit aussi sur Instagram
  • Instagram pour la mode, la beauté, le fitness, les voyages et l’art de vivre en général
  • Youtube pour les gamers

Le grand absent ? Facebook, qui n’est plus si tendance, du moins auprès des jeunes des pays occidentaux.

Marketing d’influence : pourquoi ça marche et ça va marcher toujours mieux ?

1- D’abord parce les autres canaux publicitaires « s’assèchent » et sont arrivés à leur extrême limite : – le public consomme de plus en plus de programmes sans pub (TV en streaming, VOD, books audio, liseuses…). Et puis on bloque la pub sur le web, on les « skip » au démarrage d’une vidéo sur youtube… – Une étude de Mac Kinsey démontre que les 2/3 des « points de contact » avec un consommateur en phase d’évaluation active d’achat » consistent en la recherche sur Internet, le bouche-à-oreille et les recommandations d’amis et de la famille.

2- Parce que plus personne ne croit dans la publicité : les gens regardent la pub pour s’amuser, pour s’étonner, mais au moment d’acheter, ils ne croient que les experts, les amis, les entrepreneurs, les influenceurs. Le public ne s’attache plus beaucoup aux entreprises ou aux marques, il s’attache aux personnes…

D’ailleurs les médias sociaux sont surtout devenus des « media d’influence », via le contenu publié par des utilisateurs de confiance, des amis, des experts, des gens que l’on respecte. Les influenceurs sont partout. Surtout, ne croyez pas qu’il ne s’agit que de jeunes adolescents en mal de records stupides …Ils ne sont qu’une infime partie du tout, de ce bouche-à-oreille qui nous entoure (Nous passons 30% de notre temps de vie en conversation, et 15% de ces conversations parlent de marques…) Certes, le lien direct entre influenceurs et vente est encore difficile à faire, et le web ne propose pas encore massivement des solutions fluides pour passer de l’un à l’autre en toute transparence. Mais c’est bel et bien en train d’arriver… Le marketing d’influence n’en est qu’à ses débuts.

  • Sur LinkedIn, 144. 000 professionnels revendiquent le « marketing d’influence » en titre
  • le marketing d’influence est la ligne budgétaire des dépenses marketing qui grandit le plus rapidement, juste après « le contenu».
  • Google trends affirme que les recherches pour « marketing d’influence » se sont multipliées par 10 en 4 ans…

Bref, on s’y met tous, et tout de suite… Non?



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !