Le marché mondial des smartphones

Le marché mondial des smartphones

@LesSmartAddicts analysent le premier trimestre 2016.

Coup d’arrêt du marché des smartphones au 1er trimestre 2016 : une preuve de plus que l’avenir est dans les objets connectés.

C’est une 1ère : le marché mondial des smartphones a cessés de croître : selon les sociétés d’étude, il serait même en baisse de 3% sur le 1er trimestre (source Strategy Analytics) ou en très légère hausse (+0,2% source IDC).

Principale raison ?

Les pays développés sont arrivés à saturation. On est dans un marché de renouvellement avec un taux d’équipement de 70 à 80% de la population, et en plus, les clients prolongent l’usage de leur smartphone avant renouvellement, vu qu’il n’y a plus d’innovations majeures depuis quelques années…

L’autre surprise, c’est l’apparition de 2 nouvelles marques chinoises dans le top 5 ! Les 2 leaders restent Samsung loin devant Apple qui recule de 16%. Huawei reste 3ème avec une part de marché qui progresse de 58%, et les 2 autres chinois qui suivaient (Lenovo + Xiaomi) se font sortir du classement par Oppo et Vivo ! Ces derniers sont la propriété d’un groupe chinois gigantesque (BBK electronics), spécialisé au départ dans les lecteurs MP3 et les téléviseurs et qui font leur business en Chine, en Inde, et en Asie du Sud Est.

shen-wei_ceo-vivoShen Wei, CEO de VIVO

Du coup, on se doute bien que le relai de croissance pour tous ces fabricants d’électronique se situe du côté des « objets connectés », mais cette définition est si vaste qu’on y trouve des vraies opportunités comme des fausses.

Les 1ers hits en termes de vente sont les bracelets et les montres connectés.

Derrière, quatre secteurs économiques sont identifiés :
– Le B2B, où les capteurs et les réseaux « basse fréquence » permettent dès maintenant d’optimiser significativement la productivité, la maintenance et la sécurité des outils de production,
Et dans le B2C…
– Le gaming et la communication, portés par la nouvelle vague de la 3D qui est en train de prendre forme en termes de marché.
– L’e-santé : poussé en sous-main par les assureurs qui voient dans ces objets (et les données qu’ils peuvent collecter) de grandes opportunités pour diminuer leur risque, l’e-santé nous promet (bien mieux que des balances intelligentes) des objets extraordinaires comme les lentilles intraoculaires connectées directement greffées sur l’œil (après celles qui mesurent le taux de sucre dans les larmes des diabétiques et qui existent déjà)…
– La domotique dans laquelle Apple prévoient de lancer son application en Juin.

Pour autant, l’e-santé et la domotique n’ont prouvé qu’une seule chose : mis à part quelques robots, le marché n’est pas mur, encore freiné par les réticences à livrer des données personnelles si sensibles, à adopter des objets encore chers, technologiquement compliqués pour une valeur de service faiblement perçue.
Le progrès des objets connectés B2C passera par des killer products : ces produits qui ne proposent qu’un usage restreint mais simple et utile, que le grand public pourra adopter massivement et autour desquels un eco-système pourra se construire : les animaux domestiques ? Le bricolage… ? Suivez mon regard !

A moins que les nouvelles solutions viennent de l’intelligence artificielle qui rendra ces objets totalement transparents à l’usage… Dans ce cas, ils pourront se multiplier sans même qu’on s’en rendent compte…
À suivre !



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !