La 5G et Huawei continuent de faire l’actualité

huawei_5g_cover

La 5G et Huawei continuent de faire l’actualité

La 5G et Huawei génèrent bien des fantasmes en ce moment, et @LesSmartAddicts se sont donnés pour mission de les distinguer de la réalité.

5G – Le fantasme

  • La 5G représente des enjeux économiques sans précédent, peut devenir un formidable accélérateur de développement des territoires et rebattre complètement les cartes de la compétitivité mondiale (Usine Digitale)
  • La 5G sera « l’épine dorsale de nos sociétés et de nos économies[…] y compris dans des secteurs critiques comme l’énergie, les transports, les banques et la santé, ainsi que des systèmes de contrôle industriel qui véhiculent des informations sensibles et étayent des dispositifs de sécurité ». Il en est de même pour des « processus démocratiques, tels que les élections ». (Commission Européenne)
  • L’IOT, les voitures autonomes, la télé-chirurgie, les usines connectées…, que d’annonces autour des super-pouvoirs de la 5G !

5G – la réalité

L’expert en télécoms Yves Gassot relativise ces grands discours, tout au moins pour ce qui est de l’Europe :

  • Si Ericsson et Nokia gardent une certaine maitrise de la 5G, l’Europe est très en retard quant à son déploiement et les constructeurs nordiques manquent désespérément de commandes européennes. En effet, les opérateurs du continent annoncent au maximum quelques centaines de stations de base déployées en 2019, alors que les Coréens, les chinois et les Américaines parlent en centaines de milliers…
  • Les 1ers accès 5G proposeront bien-entendu des capacités et des débits plus élevés, des temps de latence plus faibles, mais l’expert révèle dans les colonnes du journal Le Monde que la montée en gamme de la 4G avec sa version 4G+ et ses antennes MIMO (Multiple Input Multiple Output) relativise ce changement. Et cette relativisation n’a rien à voir avec le coup de marketing mensonger d’AT&T qui a annoncé lancer un (faux) service 5G (La 5G Evolution) qui s’avère plus lent que la 4G de ses concurrents.

Huawei et espionnage : les fantasmes

Dans le domaine de l’espionnage, il y a toujours beaucoup de fantasmes. Mais il faut aussi reconnaitre qu’il recouvre une réalité omniprésente, en Chine, aux USA, en Russie, en France, en Israël… L’espionnage est une technique de guerre économique et l’électronique et les télécoms en sont les bras armés les plus efficaces.

Le fantasme actuel naît donc de la crainte soulevée par les USA de voir le pouvoir central chinois disposer d’informations stratégiques sur le monde occidental si l’entreprise Huawei équipe les réseaux 5G de ce dernier. Huawei nie, ouvre ses portes, joue le jeu de la transparence : aucune porte dérobée, qui serait même techniquement impossible selon eux… et rien n’est encore prouvé…

Huawei et espionnage : la réalité

  • Les plus grands adeptes de l’espionnage électronique sont nos alliés les Américains, qui bénéficient entre autres d’accès public-privé plus ou moins occultes aux gigantesques bases de données des GAFAM. Si les tentations d’espionnage chinoises étaient avérées, l’empire du milieu ne ferait finalement qu’essayer de se battre à armes égales.
  • L’Europe a refusé d’exclure Huawei des appels d’offre des réseaux 5G, laissant cette responsabilité aux Etats tout en leur recommandant une extrême prudence.
  • Angela Merkel est sur la même ligne, tout en suggérant que l’exigence de sécurité fasse l’objet d’un accord européen. Il faut dire que la Chine est le premier partenaire commercial de l’Allemagne et cette dernière n’a pas du tout envie de se soumettre à d’éventuelles représailles… (L’Australie se plaint par exemple d’avoir des problèmes d’approvisionnement chinois en charbon depuis le bannissement de Huawei ; aucun lien n’est prouvé, mais bon…).
  • Du coup, les Américains menacent les contrevenants (et en premier lieu l’Allemagne), de les exclure des accords de coopération dans le renseignement qu’ils ont organisés :
    • Les « eigth eyes » (les 5 eyes + le Japon, L’Allemagne, la France)
    • Les « Fourteen eyes » (les 5 eyes+ le Danemark, les Pay Bas, la Norvège, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, la Suède, l’Allemagne, et la France)

Ces réseaux d’information très sensibles auraient notamment permis à l’Allemagne d’éviter une attaque à la bombe biologique à base de Ricine (un poison violent) à Cologne…

En attendant, Huawei :

  • Attaque en justice les Etats Unis pour avoir interdit l’achat de ses équipements par l’administration sans aucune raison valable ni prouvée.
  • Engrange les succès commerciaux : elle lance avec succès ses nouveaux smartphones P30 et P30 pros, ainsi que ses montres connectées de 2ème génération, annonce une progression de +36% de son chiffre d’affaire sur les deux 1ers mois de l’année, et remercie les USA de lui avoir fait autant de publicité dans le monde…

 

A suivre…