Abus et mauvais usages de smartphone sont dangereux pour la santé

Abus et mauvais usages de smartphone sont dangereux pour la santé

Enquête sur un sujet important et sensible.

Ce n’est pas parce qu’on s’appelle « smartaddict.fr » que l’on n’est pas sensible aux problèmes d’addiction générés par les smartphone, notamment pour les ados. C’est d’ailleurs pour cela que nous militons depuis toujours pour la « détox » et une utilisation raisonnée de cet appareil aussi génial que potentiellement problématique.

Smartphone et santé des ados : Pourquoi en reparle-t-on ?

D’abord, c’est une question qui mérite vraiment réflexion pour aider nos enfants ultra-connectés  à être aussi connectés à eux-mêmes – à leur psychisme intérieur – et au monde réel qui les entoure.

Ensuite, la lettre ouverte adressée à APPLE par 2 de ses investisseurs poids lourds (ils possèdent en tout 2 milliards de dollars de capital en action) a mis le feu aux poudres. Ils recommandent à la compagnie de se pencher sur la question de la santé mentale des ados face à l’usage addictif du smartphone en général, en pointant sans le dire l’usage envahissant des réseaux sociaux.

Non seulement pour des raisons éthiques, mais aussi (et surtout) parce qu’à terme, ces deux fonds pensent que le phénomène pourrait se retourner contre la compagnie et mettre en danger la valeur de leurs actions. Là, on ne rigole plus du tout.

D’ailleurs, le plus grand visionnaire de la tech grand public, un certain Steve Jobs, avait lui-même limité volontairement l’accès de ses enfants « aux nouvelles technologies (iPad, iPhone…) ».

Les alertes scientifiques

Elles partent d’études et d’observations réalisées aux USA sur lesquelles s’appuient les 2 actionnaires :

👉 les adolescentes américaines utiliseraient leur smartphone plus de 4,5 heures par jour (sur les 9H00 passées par jour devant un écran pour leur divertissement).

👉 50% des adolescents ont le sentiment d’être “accros à leur téléphone”.

👉 51% des adolescents passent plus de 3 heures par jour sur leurs réseaux sociaux*.

Pour mémoire, 3 ados américains sur 4 ont accès à un smartphone… Ainsi, si Apple est mis en cause par ses actionnaires, c’est en fait toute l’industrie qui est concernée. En leader charismatique, Apple a le mérite d’être le premier à pointer le problème du doigt !

*En France, nous ne sommes pas en reste, puisque l’accès aux réseaux sociaux est l’usage le plus cité par les 12-19 ans parmi ceux dont ils auraient le plus de mal à se passer ! (source étude CREDOC), juste devant le visionnage de films et de vidéo…

L’étude de la docteure Jean M. Twenge, docteure en psychologie à San Diego

Jean M. Twenge est une experte reconnue dans l’étude des spécificités des générations Y (les millenials) et Z (les « IGen ») qui leur succèdent.

La docteure a publié récemment une analyse clinique qui constate un changement très brutal dans les comportements et les états émotionnels d’une génération à l’autre (« je n’ai jamais vu cela en 25 ans de carrière »). Ce changement intervient justement au moment de l’explosion des smartphones et des réseaux sociaux. Voici quelques extraits alarmants :

👉 « Les ados d’aujourd’hui ont été façonnés par le smartphone et l’avènement des réseaux sociaux. Ils sont différents des millennials : pas seulement dans leurs valeurs, mais aussi dans la façon dont ils occupent leur temps. Leur expérience du quotidien est radicalement différente de celle de la génération qui vient d’atteindre la majorité ».
👉 L’avènement du smartphone a radicalement modifié tous les aspects de la vie des adolescents, de la nature de leurs interactions sociales à leur santé mentale ».
Là, on ne parle même plus des troubles de l’attention et de la concentration, identifiés depuis quelques temps déjà.
👉 Ces nouveaux ados sortent moins (le bon côté, c’est qu’ils boivent moins et ont donc moins d’accident de la route), mais ils sont beaucoup plus fragiles psychologiquement (les cas de dépression augmentent en flèche ainsi que le taux de suicide).
👉 Ils ne rêvent plus d’être indépendants, passent leur permis plus tard, travaillent moins pour gagner de l’argent de poche…
👉 Ils ont moins de rendez-vous amoureux (56% disent avoir eu de ces fameux « dates » en 2015, contre 85% pour les générations précédentes!). Du coup, ils ont moins d’activité sexuelle (et par conséquent moins de grossesses adolescentes…).
👉 Ils passent de plus en plus leur temps libre en solitaire (de 2000 à 2015, -40% des jeunes se réunissent entre amis presque tous les jours), et on remplace des activités extérieures par des échanges via ordis et applis. Et le Dr Jean M. Twenge observe que: « les activités impliquant un écran sont corrélées à un sentiment de bonheur moins élevé ».

La nomophobie, une angoisse grandissante

Si votre smartphone est devenu indissociable de votre personne vous souffrez peut-être de Nomophobie, comprenez “no mobile phobia”, donc la phobie de ne pas avoir son smartphone à portée de doigts !

Ainsi, l’Observatoire Bigben Connected observait à juste titre que 63% des français seraient inquiets ou en panique face à la casse de leur smartphone.

Evidemment, personne ne souhaite revenir à un monde sans smartphone, ou ne peut nier en bloc les multiples intérêts et avancées de ces produits. Mais visiblement, entre les alertes récentes adressées à Facebook et cet appel puissant de deux des actionnaires de référence d’Apple, on voit bien qu’il y a matière à réflexion. Et quelque chose à faire… à commencer par cette journée sans mobile qui commence demain 6 février 2018 que nous vous souhaitons paisible à souhait !



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !