Huawei : Les secousses en Europe du tremblement de terre Sino-Américain

huawei

Huawei : Les secousses en Europe du tremblement de terre Sino-Américain

Avec le décret d’interdiction signé par Donald Trump le 15 Mai dernier, la guerre sino américaine a changé de terrain : nous étions dans les menaces, les menaces passent maintenant à exécution, et l’onde de choc traverse le monde entier… en particulier l’Europe.

En résumé, depuis la signature de ce fameux décret, Huawei se trouve privé de ses clients et de ses fournisseurs américains : terminés les partenariats avec google/android, windows, ARM… ; c’est simple et direct, mais, tel un énorme tremblement de terre dans la profondeur des océans, les conséquences en chaîne que cet événement va provoquer à la surface sont potentiellement dévastatrices y compris sur l’économie Américaine…

A court terme, c’est vrai, Huawei vacille même en Europe

Mis à part la fermeture brutale du marché américain et de ses alliés anglo-saxons les plus proches, même le marché Européen se raidit contre le constructeur chinois. Avec la 3 et la 4G, Huawei avait réussi à s’implanter en profondeur en Europe, mais pour la 5G, l’Europe et ses différents états semblent penser à s’organiser pour regagner leur indépendance technologique vis-à-vis des deux géants qui s’affrontent, d’autant plus qu’ils disposent de champions locaux que sont Nokia et Ericsson.

De fait, ces deux dernières profitent du vent d’inquiétude qui souffle contre leur concurrent chinois pour signer de nombreux accords commerciaux. Aux dernières nouvelles (données par le PDG de Nokia), Nokia serait passé devant Huawei en nombre de commandes d’équipement de télécommunication 5G (42 contre 40) et Ericsson arriverait juste derrière avec 19.

Sur le plan politique, l’influent « think-tank » de l’Institut Montaigne insiste sur la nécessité d’avoir une vraie stratégie politique européenne, en prenant pour exemple la réalité des liens entre la puissance de Huawei et la vision stratégique politique de l’Etat chinois et de son président Xi Jinping, qui déclarait tout simplement dans sa feuille de route du 19ème congrès du Parti Communiste, que l’objectif était le leadership mondial en matière d’innovation à l’horizon 2035.

Comme si cela ne suffisait pas, l’institut rappelle que « des indices de complicité probable de Huawei dans des opérations de cyber espionnage s’accumulent », avec « notamment une intrusion pendant cinq ans dans les systèmes informatiques du siège de l’Union Africaine… », et que la loi nationale chinoise sur le renseignement exige des organisations et des individus de soutenir le travail de renseignement et de garder le secret sur leurs implications. On ne voit pas comment Huawei pourrait échapper à cette injonction-là, d’autant que Xi Jinping rappelle à qui veut bien l’entendre que « le parti dirige tout ».

Bref, selon l’Institut, l’Europe doit absolument s’organiser et se battre avec les mêmes armes que les USA et la Chine en mettant notamment la puissance politique au service du succès de ses entreprises, en particulier dans des secteurs aussi stratégiques que les télécoms.

Le tsunami du conflit sino-américain sur le long terme

« Le but est que nous soyons au sommet du monde, et le conflit avec les Etats Unis est inévitable ». disait XI Jinping en 2017… Connaissant les Chinois, s’ils s’y préparent depuis longtemps, ils doivent avoir un certain nombre de coups d’avance.

De fait, ils peuvent actionner plusieurs leviers, au-delà de l’augmentation des droits de douane sur lesquels les USA ont 4 longueurs d’avance (120 milliards de $ d’exportations américaines vers la Chine contre 540 milliards dans le sens inverse).

La chine possède 1.121 milliards de dollars de titres de dettes américaines : on ne veut pas imaginer ce qu’il se passerait, si elle se mettait à les revendre massivement :

  • Le Yuan pourrait être dévalué.
  • Les entreprises américaines pourraient être boycottées, non seulement par les chinois qui sont volontiers patriotiques mais aussi par le gouvernement qui commence d’ailleurs à dresser lui aussi une liste noire des entreprises étrangères jugées « non fiables ».
  • Les entreprises chinoises pourraient cesser leurs commandes à Boeing ; on parle en ce moment d’un méga contrat de plusieurs dizaines de milliards que Boeing serait sur le point de signer avec des compagnies aériennes chinoises appartenant toutes à l’État et auquel on signale justement qu’il ne manquerait plus que l’accord des autorités publiques… un détail ! De fait, 3 de ces compagnies ont par ailleurs commencé à faire des tracas à la compagnie américaine en lui réclamant des indemnités pour compenser les frais générés par l’immobilisation au sol et les reports de livraison des 737 max impliqués dans les deux dernières catastrophes aériennes.
  • La Chine pourrait restreindre les exportations des terres rares, jugées vitales pour les entreprises technologiques, qui représentent aux USA 25% de la valeur en bourse à Wall Street. Or, la Chine produit 71% de ces matières premières aussi précieuses que stratégiques.
  • Les touristes chinois pourraient se détourner des USA… etc.

Le fondateur de la compagnie ARM inquiet pour les compagnies américaines

Hermann Hauser vient de donner une longue interview dans le journal The Mail dans laquelle il expliquait en substance :

« C’est vraiment impactant sur le court terme pour Huawei, mais au long terme cela fera des dégâts énormes pour ARM, Google et les entreprises américaines ».

Pourquoi ? Parce que les compagnies du monde entier ne vont pas vouloir risquer de dépendre de décisions intempestives du pouvoir américain, et vont préférer travailler avec des entreprises non-américaines.

Alors, s’il devient si risqué de travailler avec les compagnies Américaines et les Chinoises, l’Europe pourrait avoir une bonne carte à jouer. On verra si les européens sauront se saisir de cette opportunité, ou s’ils seront victimes collatérales du combat de titans que se livrent aujourd’hui les deux premières puissances économiques mondiales.

A suivre…



Retrouvez nous sur Instagram !

Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l’actualité mobile.

Vous êtes abonné à la newsletter !