Huawei et 5G en France : ça se précise

Huawei et 5G

Huawei et 5G en France : ça se précise

Prix des licences, calendrier, loi de souveraineté numérique, la France avance sur le chemin de la 5G sans écarter Huawei mais…

Alors que de leur côté, les USA s’apprêtent à dépenser 1 milliard de dollars pour supprimer toute présence de Huawei dans leurs réseaux 3G et 4G, et poursuivent leur vigoureux bras de fer avec la Chine, la France avance ses pions pour préparer l’arrivée de la 5G…

« La France n’a rien de précis à reprocher à Huawei »

Cette phrase prononcée par un responsable du ministère de l’économie, en dit long sur le programme à venir : pas question d’interdire Huawei ni de suivre les injonctions de Donald Trump ! La France continue de croire plus que jamais dans le multilatéralisme pour échapper à une trop grande dépendance de quelque puissance étrangère que ce soit, et décide de ne pas prendre parti dans le conflit sino-américain en laissant la porte ouverte à Huawei pour fournir ses équipements 5G aux opérateurs nationaux.

Le projet de loi 5G vient de passer l’étape du Sénat

Cela dit, le gouvernement français est bien-entendu conscient des enjeux de sécurité nationale liés au déploiement de ces nouveaux réseaux de télécommunication et travaille sur un projet de loi, passé à l’assemblée en Avril dernier et adopté au Sénat il y a quelques heures. Celui-ci s’est attaché à préserver une loi équilibrée entre impératifs de sécurité et intérêts des opérateurs télécom et de leurs clients et qui prévoit notamment :

– que tous les projets d’installation d’équipement radioélectrique définis dans un périmètre géographique donné, devront obtenir l’autorisation signée du 1erministre, charge à ce dernier d’ estimer s’il existe « un risque sérieux d’atteinte aux intérêts de la défense et de la sécurité nationale ». Il est vrai que certaines localisations seront particulièrement sensibles : le ministre de l’économie est déjà intervenu ponctuellement auprès de SFR pour éviter des équipements Huawei à certains points sensibles du réseau, et certains agents dans certains ministères par exemple sont invités à choisir des téléphones d’une autre marque… 

– que tout opérateur contrevenant risquera dans chaque cas, une amende de 300.000€ minimum, 5 ans de prison et même une interdiction d’exercer…

Moins cher mais beaucoup plus vite 

Dans son projet de loi, le gouvernement trace aussi une feuille de route claire et pragmatique : les licences 5G couteront deux fois moins cher (le Figaro parle de 1,5 milliard €) que la 4G, mais seront accompagnées d’une exigence de rapidité de déploiement, pour éviter les erreurs manifestes passées (encore aujourd’hui, de nombreuses zones du territoire ne bénéficient d’aucune couverture 4G).

Les opérateurs bataillent pour la forme certains aspects du texte (en veillant à ce qu’il n’y ait pas de possibilité de « monopole d’équipement » dans certaines zones attribuées à un opérateur) mais globalement, ils ont gagné leur bataille : ils pourront acheter du Huawei et bénéficier de leurs prix et de leurs avancées technologiques…si le 1erministre le veut bien.