Glocalisation : Le rôle des smartphones dans l’organisation du monde futur selon Jeremy Rifkin

Évolution du smartphone

Glocalisation : Le rôle des smartphones dans l’organisation du monde futur selon Jeremy Rifkin

Monsieur Rifkin est l’un des plus grands spécialistes mondiaux de prospective et il voit les réseaux de smartphones comme l’un des 3 piliers du monde futur… On s’est dit que ça allait vous intéresser.

Envisager l’impact sociétal, environnemental et socio-économique des techniques nouvelles

La science et les techniques nouvelles permettent de réinventer le monde en permanence, dans de nombreux domaines dont principalement celui de l’énergie et de la communication. Jeremy Rifkin en tant que Président de la « Foundation on Economic Trends » les étudie d’autant plus près qu’il est très engagé dans l’Ecologie depuis plus de 40 ans. Et comme il est l’un des meilleurs spécialistes en la matière, consulté par d’éminents responsables politiques mondiaux et en particulier européens, on s’est intéressé à son dernier livre « Le new deal vert mondial » paru en Français aux éditions « Les Liens qui Libèrent ».

Les trois piliers du monde futur

Bien sûr, Mr Rifkin annonce l’effondrement de la civilisation construite sur les énergies fossiles, avec d’autant plus de certitude qu’il a déjà commencé : il en veut pour preuve ces 11.000 milliards de dollars d’investissements qui se sont déjà détournés des énergies fossiles, et la perte probable de 100.000 milliards d’actifs perdus dans ce secteur…(« la plus grosse bulle de l’histoire économique » selon lui)

Du coup, il voit le monde futur s’organiser autour d’un seul concept (la glocalisation) et 3 types d’infrastructures qui relieront localement et mondialement les populations :
– les réseaux de communication des smartphones
– les réseaux intelligents qui distribueront l’énergie renouvelable décentralisée
– les chaînes logistiques intelligentes dans lesquels s’intègreront des transports électriques ou à pile à combustible.

Tous ces réseaux intelligents nécessiteront donc beaucoup de données, et la bonne nouvelle à ce niveau-là serait que les GAFAM en perdront le contrôle au profit de petits centres reliés entre eux et gérés au niveau local par des groupes d’experts nommés dans son langage « assemblées de pairs ».

On voit bien d’ailleurs, avec les déploiements de la 5G, les expériences de transports urbains à l’hydrogène, la construction de bâtiments à énergie positive, que les initiatives se prennent maintenant au niveau local pour inventer les territoires de demain et les smart-cities. Ces approches mettent au cœur du jeu les élus politiques, et les investisseurs réorganisés pour être plus proches de ces décideurs/acteurs du monde futur.

Jéremy Rifkin appelle de ses vœux un changement d’échelle avec la création de banques vertes régionales qui :
– financeront les infrastructures de long terme voulues par cette mutation profonde.
– accompagneront ces nouveaux acteurs locaux qui auront su repenser leur projet de société en intégrant les potentialités scientifiques et techniques nouvelles.

Tout cela est glocalement, pardon globalement fort intéressant… à suivre, donc !

Source : AFP