5G-HUAWEI-EUROPE : une équation géo-politico-économique qui se complique encore

5G-HUAWEI-EUROPE : une équation géo-politico-économique qui se complique encore

Dans cette lutte d’influence, chacun avance ses pions à la manière d’un jeu d’échec où il y aurait 4 équipes qui veulent toutes absolument gagner.

Les 4 équipes en présence en France

1-HUAWEI et le gouvernement chinois

Ce n‘est un mystère pour personne, le gouvernement chinois apporte tout son soutien à HUAWEI pour garder une présence forte sur le marché européen…

2-Les Américains et les GAFAMI

Les USA ne sont pas en reste pour protéger leurs « GAFAMI » (vous rajouter Microsoft et IBM aux GAFA qui vous sont déjà familiers), pourvoyeurs de richesse, de leadership culturel et technologique mondial, et de datas si stratégiques pour la sécurité extérieure et intérieure.

3-L’Europe, la France, et ses principales nations contributrices

En matière d’influence, les européens restent les plus timorés, face à leurs rivaux américains et chinois. Sont-ils faibles par nature et par manque de concentration des pouvoirs? Toujours est-il que l’Europe et ses principales nations contributrices jouent la diplomatie à l’extrême pour ne se fâcher avec personne, quitte à cultiver l’ambiguïté absolue.

4- Les enjeux stratégiques des 4 opérateurs français

Clairement le combat pour SFR et BOUYGUES n’est pas le même que pour ORANGE et FREE qui ont déjà fait leur choix :

-ORANGE, déjà partenaire de NOKIA et ERICSSON pour la 4G a choisi de signer avec eux pour la 5G : logique aussi, quand on connait l’intégration des intérêts de l’opérateur avec ceux de l’Etat-actionnaire.

-FREE, qui semble vouloir faire alliance avec ORANGE pour établir un accord de mutualisation sur lequel l’ARCEP est déjà en train de travailler. Rien n’est sûr encore. Il s’agirait de faire un peu comme BOUYGUES Telecom et SFR qui ont conçu un réseau partagé pour les zones moins denses. En gros, ORANGE et FREE partageraient dans les zones rurales les pylônes, mais pas la bande passante.

Du côté de SFR et BOUYGUES, le cas est beaucoup plus compliqué car ils avaient déjà fait le choix HUAWEI pour la 4G, et se retrouver interdit d’équipements HUAWEI pour la 5G reviendrait à devoir changer aussi les antennes 4G…

HUAWEI annonce la construction d’une usine en France

Le constructeur chinois a annoncé il y a quelques jours son projet : 200 millions € d’investissements, 500 emplois pour réaliser un CA d’1 milliard d’€… en fabriquant des équipements 4G et 5G. Ceci s’ajoute aux nombreux centres de R&D qu’il a déjà ouvert en Europe, dont 5 en France…
Le président Liang Hua du constructeur chinois l’affirme : « nous sommes en Europe, pour l’Europe », allusion à peine voilée à d’autres alliés qui ne veulent que l’implosion de l’Europe…
HUAWEI étudie le projet et en particulier le choix de la meilleure région pour s’installer. Encore une manière de faire planer le doute, et de faire pression sur des décideurs régionaux qui auraient leurs entrées à Matignon, vu que c’est là que toutes les décisions vont se prendre au cas par cas…
De son côté, le gouvernement chinois a manifesté par l’intermédiaire de son ambassadeur sa déception sur les modalités d’ouverture du marché proposée en Europe et en particulier en France, quitte à menacer de nouvelles mesures contre ERICSSON et NOKIA en Chine, si elle devait faire le constat d’une discrimination patente et d’un protectionnisme déguisé contre son champion HUAWEI.

Les USA ne sont pas en reste

Les américains n’ont bien entendu pas renoncé à faire pression sur leurs (ex ?) alliés européens, même s’ils sont ceux qui font le moins de bruit en ce moment sur ce terrain-là : on devine que Trump mélange volontiers tous les accords commerciaux passés et futurs, qu’ils concernent ses GAFA, BOEING, les vins français et les automobiles européennes… pendant que les investisseurs américains sont invités à investir massivement dans les constructeurs européens NOKIA et ERICSSON, et pourquoi pas même, les racheter.

Quid de BOUYGUES et SFR

BOUYGUES menace de trainer en justice l’état français ou l’Europe pour s’assurer le droit de travailler avec HUAWEI pour le déploiement de la 5G en France. Tout simplement parce qu’une interdiction entrainerait un renchérissement du coût des investissements nécessaires, comme pour VODAFONE qui subit un surcoût de 200 millions €.

Et la France ? Et l’Europe ?

L’Europe a beau jeu de créer un cadre aussi diplomatique qu’ambigu, en interdisant rien tout en apportant des recommandations qui empêchent (presque) tout. Thierry Breton, expert en la matière et tout français qu’il est, ne facilite pas la tâche d’Edouard Philippe à qui revient la responsabilité finale.
Et le gouvernement français dans tout ça ?
Et bien on dira juste qu’on n’aimerait pas être à la place du premier ministre en ce moment… sur ce dossier-là ni sur aucun autre d’ailleurs.

Encore une affaire à suivre…

Tags:


Suivez le mouton.

@LesSmartAddicts vous informent
chaque semaine sur le meilleur de l'actualité mobile.

Merci de vous être abonné(e) à la newsletter !